L'étude mondiale sur l'Avenir de la finance, menée auprès de dirigeants de 300 institutions financières internationales, révèle que plus des deux tiers des entreprises s'attendent à une amélioration des perspectives économiques au cours des 12 prochains mois, et qu'un nombre encore plus important (plus de 70 %) pense que l'inflation ralentira d'ici à la fin de 2023. De plus, les dirigeants sont plus de 90 % à penser que leur entreprise est bien placée pour connaître une croissance forte ou modérée au cours des trois prochaines années.

De manière générale, ce sont les personnes interrogées dans les banques d'investissement qui ont la vision la plus positive de leurs perspectives de croissance, suivies par celles des banques de détail et des gestionnaires d'actifs. Les gestionnaires de fortune et les sociétés de services d'actifs se situent à l'autre extrémité du spectre, mais il convient de noter que dans chacun des secteurs étudiés, au moins trois quarts des répondants s'attendent à une croissance forte ou modérée.

En ce qui concerne les facteurs qui alimentent les attentes en matière de croissance, l'adoption de nouveaux modèles économiques est l'une des raisons les plus souvent citées, ainsi que les gains internes en termes d'efficacité générés par la numérisation.  Les données et les analyses avancées sont également considérées comme un moteur majeur de l'expansion potentielle des entreprises, car les possibilités d'utiliser de nouvelles connaissances pour générer des rendements sont de plus en plus attrayantes. Le dernier moteur de la croissance réside dans les classes d'actifs nouvelles et alternatives, notamment les cryptos. La confiance dans la capacité des actifs non traditionnels à générer de la croissance est la plus élevée parmi les gestionnaires d'actifs, les services d'actifs et les banques de détail et d'investissement.

Malgré des prévisions globalement optimistes, le risque que les incertitudes géopolitiques entravent ou ralentissent la croissance est l'un des principaux défis identifiés par les personnes interrogées.  Un quart des personnes interrogées (25 %) considèrent la géopolitique comme le principal obstacle sur le chemin de la croissance.

« En cette période de déclin du PIB et de hausse de l'inflation, le retour à des temps plus favorables peut paraître une éternité, mais tous les ralentissements sont en fin de compte temporaires », a déclaré Jos Dijsselhof, PDG de SIX. « La différence réside dans le fait que le ralentissement actuel, contrairement aux précédents, est sous-tendu par des facteurs de transformation qui donnent aux responsables financiers la confiance nécessaire pour percevoir la croissance future à travers le brouillard de la récession. Les actifs crypto et numériques sont appelés à rester et le secteur n'a fait qu'effleurer la surface des revenus que l'on peut tirer de l'utilisation des données et des analyses. Voilà pourquoi les dirigeants sont finalement optimistes quant à l'avenir de la finance. »

L'étude complète sur l'Avenir de la finance, composée de quatre chapitres couvrant la croissance, la durabilité, les compétences et la technologie, est disponible ici.


Any questions?

Avez-vous des questions?

Pour de plus amples informations, M. Julian Chan, Media Relations est à votre entière disposition.


À propos de SIX

SIX exploite et développe des services d’infrastructure pour les bourses suisse et espagnole, les services de post-négociation, les services bancaires et de l’information financière dans le but d’accroître l’efficacité, la qualité et la capacité d’innovation de toute la chaîne de valeur des places financières suisse et espagnole. La société est détenue par ses utilisateurs (120 banques). Forte d’un effectif de 3 685 employés et d’une présence dans 20 pays, elle a généré un revenu d’exploitation de 1,5 milliard de francs suisses et un bénéfice net du groupe de 73,5 millions de francs suisses en 2021.
www.six-group.com